« Avec une anomalie de température de 0,55°C par rapport à la normale 1981-2010, l’été boréal de 2019 se classe ainsi devant les étés 2016 (+0,51°C) et 2017 (+0,43°C) », indique Météo-France dans un rapport paru le 9 septembre 2019. Les pays et villes les plus touchés par ces fortes chaleurs se situent pour la plupart en Europe, en Alaska, dans le nord du Groenland et en Sibérie...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
67%

Vous avez parcouru 67% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !